Les Tours Saint Guibert

22/12/2014 14:38

L’histoire de Gembloux est intimement liée à celle de son abbaye fondée selon la tradition en 922,  par le chevalier Wicbertus (Guibert).

  • La  Grande procession de septembre

Le 23 septembre 1110, jour de sa canonisation, son corps fut présenté à la vénération des fidèles. Plusieurs prodiges marquèrent la cérémonie. Ceux qui doutaient encore de sa sainteté aperçurent dans le ciel une croix entourée d’un cercle rayonnant. Le miracle impressionna profondément  le peuple. Et durant plusieurs siècles,  le dernier dimanche de septembre, les Gembloutois en célébrèrent le souvenir. A cette occasion, la châsse contenant  les reliques de Saint-Guibert était solennellement  portée en procession autour de la ville, escortée par le clergé régulier et séculier, le Bailli et ses échevins, les archers du XVe s. et les serments des arbalétriers et des arquebusiers  des XVIe et XVIIIe s., au son des tambours, au bruit des salves, par toute la  population en liesse (1). Comme  le note L. Namèche,  le sentiment religieux n’avait cessé d’être ancré profondément dans l’esprit de la population de la Terre de Gembloux. Les excès des calvinistes et, plus tard, des Gueux au XVIe s, semblent avoir encore avivé chez elle la foi fervente et la dévotion.

L’itinéraire de cette procession était long. Dix kilomètres. Les deux points extrêmes étaient le moulin de Bedauwe et celui de l’Escaille. La ville offrait, suivant une coutume immémoriale, le vin, des biscuits et des «succades» aux prélat, religieux et magistrats pendant les quelques instants de repos que s’accordait le cortège. Le vin et les « succades » de la procession de la dédicace, de même que la poudre des salves, étaient un article ordinaire du budget de la ville. La ville rafraîchissait d’ailleurs la jeunesse de bonne bière, préludant ainsi, après la procession, aux réjouissances profanes de la kermesse. Pendant combien d’années cette célébration festive eut-elle lieu ? Difficile de répondre précisément.

  • Le Tour Saint Guibert

Le  « Tour Saint Guibert » est  une procession nocturne  qui avait lieu le 23 mai, date de la mort de Saint Guibert à l’abbaye de Gorze, en Lorraine, en 962. Les pèlerins refaisaient l’itinéraire de la Grande procession de septembre, s’arrêtant aux chapelles et potales pou ry  réciter des prières et chanter des cantiques (2).

C’est aussi une tradition d’un lointain passé qui avait été abandonnée, écrit l’abbé Joseph Toussaint, sans doute au moment de la suppression du monastère bénédictin en 1796. Mais, à l’occasion des fêtes du millénaire elle fut remise à l’honneur sous le nom de  « Tour Saint Guibert » par l’abbé Camille Sorée (1916-1922) en prélude aux festivités marquant les dix siècles de la fondation de l’abbaye, la date encore admise alors étant 922.

On sortait de l’église le 22 mai à minuit et l’on rentrait vers 4h30 du matin pour la célébration de la messe anniversaire. Le tombeau du saint moine, et plus tard le « Vieux Bon Dieu » qui se trouvait place de l’Aitre, était fleuri d’aubépines cueillies au Buisson Saint Guibert auquel  la tradition orale attribuait une origine miraculeuse. Passant par l’actuel quartier de l’Agasse en 957, Guibert aurait enfoncé dans le sol son bâton qui se serait mis à fleurir d’aubépines. Depuis  cette date, le prodige se renouvelait chaque année. Malheureusement, en 1934, des vandales dynamitèrent l’arbuste peu avant le passage de la procession.

L’itinéraire de ce Tour était le suivant : en sortant de l’église, on montait la Grand-Rue, il y avait un premier arrêt place Saint-Guibert, près de la pompe communale (aujourd’hui disparue) surmontée de la statue du Saint, ensuite, on se dirigeait vers la Chapelle-Dieu.  Aujourd’hui, on gagne la place Saint Guibert par la rue du Huit mai et la rue Gustave Docq, dénommée autrefois rue des Remparts. Dans cette rue se trouve la Chapelle N.-D. du Rempart édifiée en 1852.

De la Chapelle-Dieu, élevée en mémoire de la bataille de 1578, par la rue de Mazy  on arrive à la cité Tous vents et sa jolie Chapelle N.-D. des Enfants. Par les rues  Chapelle Moureau , de la Rochette, de la Treille, de  Bedauwe,  la place Séverin, on aborde, pour un arrêt plus long, l’église Sainte Thérèse à Grand-Manil.  Les pèlerins poursuivent alors par les rues du Paradis, des Résistants (N.-D. de Fontenelle), av. Général Mellier, pour arriver à la Chapelle N.-D. de Moha. Ensuite, av. Moine Olbert, rue Buisson Saint Guibert avec, bien sûr, un arrêt à la potale rappelant le légendaire buisson (3). Le cortège gagne alors la chapelle Marion, la rue Hambursin,  pour redescendre vers la place de l’Orneau pour une dernière halte au début de la rue Notre Dame où une petite potale remplace une autre autrefois plus grande et qui abritait la belle statue de la Vierge aux Raisins conservée aujourd’hui dans l’église décanale.

En 1992, pour le onzième centenaire de la naissance de Wicbertus – Guibert,  la tradition fut reprise lors des fêtes de Wallonie qui, au point de vue date correspondent avec celle de la séculaire ducasse de Gembloux. Par consensus entre les autorités civile et religieuse, ce Tour festif et folklorique a lieu à présent tous les trois ans.

 

Sources :

  1. La Ville et le Comté de Gembloux par Léon Namèche. Ed. Duculot 1964
  2. Légendes et coutumes du pays de Namur par Félix Rousseau  -  1920
  3. Le vieux chemin de la chapelle de Moha vers l’Escaille s’appelait  «le baty  del  procession Saint Guibert ». cf. L. Namèche faisant référence à un acte du 19 novembre 1543. Avant la création du chemin de fer, il menait directement à l’Escaille en suivant le ruisseau du Rabaudy .Ce chemin a conservé le nom de « Buisson Saint Guibert ».

         L’Orneau du 23 mai 1996 – n° 21  (s) Jean Louis

 

La châsse reliquaire de Saint Guibert. En cuivre, réalisée par les frères Dehin de Liège sous le pastorat du doyen Alexandre Otte (1871-1879).