Le château du Bailli

30/08/2017 11:22

La maison (château) du Bailli, toute une histoire…

 

Le château du Bailli, appelé aussi « château des remparts », "Maison forte", « Château Hubin » et ensuite « château Gérard » du nom de ses anciens propriétaires aux XIXe et XXe siècles, est un édifice très ancien dont les caves voûtées en plein cintre  - semblables à la crypte sous le cloître de l’ancienne abbaye -  datent des XIIe et XIIIe s. Il a connu nombre de vicissitudes avant d’être racheté par la ville en 1951, d’être ensuite menacé de démolition et puis, enfin, joliment restauré pour abriter à présent le cabinet du bourgmestre, la salle du Conseil, la salle réception et des locaux occupés par le CRAHG.

 

Chronique de la propriété

D’origine médiévale, l’édifice primitif était un poste de garde situé à proximité de la porte du Chien Noir et qui était intégré au système de défense de la ville. Il faisait partie du domaine abbatial. En 1588, lors des guerres de religion, les moines le cédèrent, en fort mauvais état, à l’écuyer Guillaume de Salmier, capitaine des reîtres wallons de Don Juan d’Autriche.

Le nouvel acquéreur reconstruit le château en 1589, en conservant les murailles et les caves encore en bon état et fit ériger la tour qui donne accès aux étages supérieurs. Les armoiries de Salmier (l’écu à trois roses) figurent encore gravées dans la pierre au dessus de la porte.

Au gré des successions la bâtisse allait passer par bien des mains. Celles d’abord de son fils Charles, et puis de son petit fils Guy et enfin de Suzanne qui avait épousé, en 1659, Henri de Waha, et puis, vers 1690, son fils Jean-George, chanoine de Ciney, qui le légua à son neveu Jean-Gabriel de Waha, seigneur d’Achêne qui le vendit en 1714 à Sébastien Geminne, receveur de l’Ordre des chevaliers de Malte de la Commanderie de Chantraine (Huppaye) et qui résidait à Ferroz.

Sa fille Marie-Françoise , née en 1703, en hérita et épousa en 1736 Pierre-François Charlier, bailli maïeur de la Haute-cour de Grand-Leez, Receveur général des Etats de Brabant, notaire et gros propriétaire. C’est à cette époque que remonte l’appellation « Maison du Bailli ».

L’une des  filles du Bailli, Marie-Thérèse, acquit l’immeuble par voie de succession et épousa en 1776 le médecin Dieudonné Hubin, originaire de Namur et décédé en 1819. Sans enfants, le couple l’a légué à leur neveu Ambroise qui exploitait une brasserie située à proximité, au lieu-dit « marché aux poissons » (aujourd’hui  rue du Huit Mai).

La fille d’Ambroise, Marie-Antoinette, née à Gembloux en 1851, épousa un baronnet anglais, fabricant de tissu né à Anderlecht en 1850 nommé Jean Barker. Leurs deux filles vendirent le château en 1881 au notaire Louis Gérard. Les notaires Gérard se succédèrent de père en fils et ont occupé les lieux. Le dernier en date, José, jusqu’en 1949 où il quitte pour s’installer avenue de la Faculté d’agronomie. Le 19/01/1951, devant le notaire H. Nicaise, l’épouse et les six enfants de François Gérard, mort en 1941, vendent le bien pour la somme d’un million de frs à la commune de Gembloux représentée par son bourgmestre Arthur Lacroix.

En 1954, après des travaux de consolidation et la pose d’une nouvelle toiture, le bâtiment est loué à l’Athénée de Gembloux pour y installer, jusqu’en 1960, 4 classes primaires. Laissé alors dans un état de quasi abandon, ce ne sera qu’en 1969 que la ville votera un crédit de 1.800.000 frs pour sa restauration.

 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En 1970, le nouveau Bourgmestre, Albert Philippin, ordonne l’arrêt des travaux : le bâtiment ne présentant plus, paraît-il, les garanties de sécurité suffisantes pour ceux qui y travaillent.  Un expert est commis par la commune afin de déterminer s’il est encore possible d’envisager  et de poursuivre la restauration de l’édifice. Heureusement l’avis fut positif et les travaux purent se poursuivre de 1973 à 1976. L’inauguration eut lieu le 26 septembre 1976. Un témoin de notre histoire était sauvé, de justesse !

 

Photos 1 et 2 : Delcampe

 

 

Photo de couverture de "l'Orneau Magazine" n°1 (nov. 1997) - André Mohimont.

 

 

 

Sources :

-Notes recueillies en décembre 1970 auprès de M. Lucien Hoc

-Bulletin n° 63 (2010) du CRAHG – Josy Muller/Joseph Toussaint/ Michel Condrotte